• Elisa Azogui-Burlac

Mon enfant fait pipi au lit : le parcours des parents en 10 étapes clés

Updated: Jan 3


On doit être naïfs quand on est parents, ou alors notre cerveau ne fonctionne plus très bien à cause du manque de sommeil. J'avais entendu ma belle mère et ma mère raconter qu’on avait tous les deux, mon mari et moi, fait pipi au lit très tard. Pourtant quand cela nous est arrivé avec notre fils qui vient d’avoir 5 ans, on a passé plus d’un an à faire, refaire, défaire des lits mouillés avant de finalement remettre la couche. On ne peut pas parler d'énurésie avant l'âge de cinq ans et on estime qu’environ un enfant sur dix est touché par l’énurésie nocturne. Pourtant en tant que parent, la propreté est parfois un vrai parcours du combattant. Voici les étapes par lesquelles nous sommes passées :




1. Les trois ans


Comme tous les parents, les trois ans sont le rendez-vous immanquable de la propreté, condition sine qua none de l’entrée à la maternelle. Dès deux ans et demi, tu introduis le pot et tu passes des matinées avec ton enfant à poil (les raisons pour lesquelles ils veulent absolument être nus sur le pot restent un mystère ) à répéter “il est où le pipi ? Il est où le caca ?” et à guetter le moment fatidique où il va faire pipi par terre, ce qui sera toujours mieux que sur le canapé !


Après quelques accidents et l’aide de la crèche (“Allez ! On va aux toilettes tous ensemble les copains !”), la couche est finalement partie et tu achètes une panoplie de caleçons/culottes et d’affaires de rechange ! Alleluia !


2. Plus de couches aux siestes


En tant que parent, tu as forcément entendu parler du mythe de la couche sèche. Mais après deux ans et demi à en changer tu as du mal à y croire. C’est encore un truc de parents chanceux ou de parents “carrés” comme je les appelle.


Si, si, tu vois très bien ce que je veux dire ! Leurs enfants mangent tout,(M’en parle pas, il a pas voulu manger ses carottes avec le gigot d’agneau, quelle galère !), font leur nuit depuis leurs deux mois (elle était malade les deux dernières nuits, on n’a plus l’habitude de se réveiller hein ?!) et ils sont propres sans se poser de question (“C’était presque magique avec elle”) !

Et pourtant, oui, les couches sèches existent. Je dis rarement que ça va bien donc vous pouvez me croire sur parole ! L’arrêt des couches à la sieste a été un jeu d’enfant, j’en ai même la larme à l’oeil...


3. Plus de couches la nuit et le pipi au lit


Alors quand 6 mois plus tard, notre fils a eu des couches sèches le matin aussi pendant une semaine, on n’a pas réfléchi et on a enlevé la couche la nuit. Pour nous, la propreté, nuit et jour, c’était à trois ans alors on était déjà en retard sur le programme.


Notre bonheur n’a duré qu’un mois, voire trois semaines. Mon mari dirait un mois et demi, mais il idéalise toujours les souvenirs...


Avec le recul, je pense qu’on a bien fait de l’enlever à ce moment là. La dynamique était la bonne, comme on dit si bien. Le problème c’est l’année qui a suivi. La propreté la nuit, c’est comme une rencontre amoureuse, quand ça ne marche pas après quelques mois, il ne vaut mieux pas insister…


4. Les questionnements


Quand ton enfant fait pipi au lit, tu vas, quoiqu’il arrive, quoi que tu lises, te prendre la tête sur les potentielles causes psychologiques du pipi au lit. L’arrivée de sa petite soeur ? Les bénéfices secondaires de dormir avec nous ? Les conflits que cela crée avec les parents ? Faut-il punir ? Récompenser? Etre indifférent? En clair, tu ne lâches rien et tu rentres dans un parcours très laborieux pour ne surtout pas remettre la couche !


5. Les alèses draps


Notre périple a commencé avec les alèses draps. Ces draps housses avec le dessus imperméable, représentent pour moi l’optimisme des débuts. La Lune de miel de la fin de la couche.


Parents prudents, on en avait pris deux “au cas où” ! Il aura suffi de deux semaines en vacances en Italie pour nous rendre compte que laver Et sécher (car il faut bien changer le lit la nuit) deux draps par jour n’était pas une solution viable !


6. Les alèses jetables - étape 1


Alors en discutant avec d’autres parents, tu découvres l’existence des alèses jetables que tu achètes en ligne par paquets de trente. Elles se collent sur le matelas, ou plutôt sur l’alèse drap, il faut bien qu’elles continuent à servir.


Au début tu fais ça bien, tu suis les instructions et tu mets le drap housse au dessus de l’alèse en papier. C’est quand même plus confortable. Mais ça, c’est au début. Car en plus de changer les draps, le pyjama, recoller l’alèse à quatre heure du matin devient vite un problème !


7. Les alèse jetables - étape 2


Du coup, tant pis pour le bruit de frottement et si elles collent au pyjama, après quelques mois de galère, tu mets finalement l’alèse au dessus du drap. Pas bête hein ?! Tu en viens même à créer un système: alèse - drap - alèse - drap - alèse drap. Ton enfant peut faire pipi sur l’alèse et même sur le drap si l’alèse s’est décollée, c’est le cas de 30% des nuits, tu remets tout le monde au sec en un clin d’oeil.


8. Les vacances


T’es tellement fière de ton système que tu en oublies les réveils la nuit à refaire les lits, les machines à laver quotidiennes et surtout les couettes et les pyjamas mouillés. C’est des vacances chez les grands parents où nous devions y laisser notre fils qui nous ont ramené à la réalité et fait prendre conscience de la folie, de notre système justement…


Non, ses grands parents n’allaient pas changer les draps et ses pyjamas toutes les nuits. Et oui, ça les dérangeait l’odeur de pipi sur la couette !


9. On remet la couche


Du coup, pour protéger tes parents et ton enfant, que tu n'as pas envie de laisser avec des grands parents au bout du rouleau, tu remets la couche. Pas sans quelques disputes, conflits et angoisses : “C’est LE retour en arrière, tu te rends compte de l’échec, même pour lui? Ça va être un vrai traumatisme”. On les a même appelé des “slips de nuits” pour éviter le mot couche.


Mais finalement personne n’est traumatisé. Bien au contraire. Notre fils est soulagé de ne plus se réveiller trempé la nuit, on dort tous mieux, on fait moins de machine à laver, ça ne sent pas le pipi sur sa couette et les vacances ne sont plus un problème. Et surtout, on se rend bien compte qu’il ne le contrôle pas et qu’il ne le fait pas pas exprès.


10. Et maintenant ?


La suite, on ne sait pas trop à vrai dire. Le miracle de la couche sèche ne s’est pas encore produit et comme il vient juste d’avoir 5 ans on ne peut pas à proprement parler d’énurésie nocturne (ce serait 6 ans pour les garçons).


Comme mon fils est en demande, on commence à noter sur un calendrier si la couche est sèche le matin. Et si ça continue, on ira consulter.



Mais d’ici là, la couche on la garde !


Pour votre enfant, écouter le podcast "Je fais pipi au lit !" qui raconte l'histoire d'un petit garçon qui fait pipi au lit et qui regarde ses parents se débattre pour trouver des solutions alors que lui, il ne le fait pas exprès !




#pipiaulit #enfant #parents #énurésie #nuit #couche

SUIVEZ-MOI :

  • Spotify Social Icon
  • iTunes Social Icon
  • Facebook
  • Instagram

©2019 by Mamantalité. Proudly created with Wix.com