• Elisa Azogui-Burlac

Podcast : Nathanaël n'a qu'une maman

Updated: Jul 11




“Il était une fois, une famille d’ours qui vivaient paisiblement. Ils habitaient une petite maison, cachée au cœur d’une forêt lointaine. Papa ours avait …”


C’est là que Nathanaël s’arrête. Encore cette histoire de papa. Dans ses livres, dans les dessins animés, quand il joue à la crèche, tout le monde parle de lui. Papa.


Alors lui aussi, il répète ce mot qui sonne si familier et qui sonne si bien avec ses deux syllabes qui se répètent. Papa. Mais un Papa ça reste pourtant un mystère, car dans la famille de Nathanaël, il y a la maman, la nannie, le papi, les tatas et tous les autres mais de papa, il n’y en a pas !


Quand Nathanaël prononce à haute voix “Pa pa” interrogeant ainsi le monde avec ses premiers mots, sa mère lui répond tout simplement “un papa, toi tu n’en as pas !” Au moins c’est clair et c’est comme ça ! Pas besoin de le chercher sous les coussins, ni très loin, dans sa famille Nathanaël n’a qu’une maman.


Elle lui parle doucement, et lui explique qu’avant d’être sa maman, elle rêvait d’avoir un enfant. Mais qu’il y a parfois des princesses qui se retrouvent sans prince charmant ! Alors plutôt que d’embrasser un crapaud, ou de se transformer en grenouille, elle a décidé de construire seule son propre château et de devenir ce qu’on appelle aujourd’hui une maman solo. Parce qu’elle, elle ne pouvait rêver autrement qu’en devenant maman.


Ainsi chez Nathanaël, c’est sa maman qui fait tout. Tous les couchers, tous les bains, tous les soins, tous les repas, tous les sourires et tous les cris parfois mais aussi tous les câlins.


Sa maman dit souvent qu’elle n’a que deux mains et qu’elle ne peut pas tout faire à la fois. Alors elle a appris à porter même si elle est fatiguée, à bercer même si elle est épuisée, à sourire même si elle est préoccupée, à jouer même si elle voudrait se reposer et à courir quand elle voudrait s’allonger. Elle a appris à être une maman, même solo, tout simplement. Parce qu’elle, elle ne pouvait rêver autrement qu’en devenant maman.


Alors chez Nathanaël, c’est sa maman qui fait tout. Tous les couchers, tous les bains, tous les repas, tous les soins, tous les sourires, tous les cris parfois mais aussi tous les câlins. Et des familles comme celle de Nathanaël, il y’en a plein. N’en déplaisent aux méchantes marâtres et aux méchants rois.


A toutes les mamans, à tous les papas, à toutes les familles du monde quelles qu'elles soient, qui bercent, qui chantent et qui respirent au rythme des cœurs de leurs enfants, on leur souhaite à tous une histoire merveilleuse, digne des plus beaux contes de fées. “Et ils vécurent heureux’.


Car en fin de conte, le bonheur, il n'y a que ça qui compte !


Un podcast à écouter sur Itunes,Spotify et Deezer





238 views0 comments

Recent Posts

See All